Annonce M-Meliani 19-12-18-3

   

Connexion  

   

تعازي  

لقد آلمنا نبأ وفاة زوجة أخينا عبد الحميد بوبرقيق  ، جمعية "عليم" تتقدم بتعازيها الخالصة  ،إنا لله وإنا إليه راجعون ، إن لله ماأخذ وله ماأعطى وكل شيء عنده بأجل مسمى ، نرجو الله أن يغفر لها ، وأن يرحمها ، وأن يسكنها فسيح جناته .

   

ATTAR Houari-Témoignage sur Ahmed Medeghri

Détails

 

Mesdames, Messieurs ,

Chers amis, chers camarades,

De quelque côté que je regarde, de quelque côté vers lequel je me retourne, je retrouve en remontant dans le temps, des visages jeunes et joyeux de ceux qui m’ont accompagné dans mes études durant les années 40 de ce bel établissement historique qui mérite bien de porter fièrement le nom du célèbre Djamel Eddine El Afghani, tant il a formé des hommes brillants et célèbres.

Ces jeunes, mes camarades de classe étaient venus de Sougueur, de Tiaret, de Relizane, de Ain Séfra, de Mecheria, d’El Bayadh et surtout de Saida.

Je revois encore le Cheikh Khaled, Benzaoucha, Benamara, Ben Miloud, Bouamrane, Laoufi Boualem, Ouenzar, Chahrouri, Kies, Tama, Medeghri Ahmed et bien d’autres que je ne pourrai tous citer.

Nous avions vécu une partie de notre jeunesse ici ensemble et nous avions scellé entre nous la cordialité et une amitié sincère.

A la fin de notre scolarité nous avions les uns et les autres suivis nos destins.

Cette période n’a pas été longue, car nous nous sommes pour la plupart d’entre nous de nouveau remis dans les rangs de l’ALN, au maquis, à Oujda, à Tripoli, au Caire, à Tunis et ailleurs.

De nouveau nous avions retrouvé notre amitié, notre solidarité dans les moments combien difficiles et pénibles.

Mais nous étions tous conscients de la tâche qui nous incombait et fiers de participer à la libération de notre pays.

Au lendemain de l’indépendance, une autre fois de plus, pour beaucoup d’entre nous, nous nous retrouvions de nouveau réunis, mais cette fois-ci grâce et autour d’un de nos camarade et compagnon de lutte Ahmed Medeghri.

Sitôt nommé Ministre de l’intérieur, il fit appel à ses anciens camarades et compagnons.

Il n’hésita à nous rappeler, à nous confier des postes de haute responsabilité : Directeurs centraux, Préfets, sous-préfets et autres.

Avec lui et sous son autorité et sa clairvoyance nous avions pris part à la naissance de l’administration de l’Algérie indépendante.

Durant notre mission, il n’avait jamais cessé de nous guider de nous encourager, de nous soutenir et de nous défendre dans les circonstances difficiles.

Ahmed Medeghri  de part sa vivacité, son objectivité et sa rigueur  a su mettre en place une Administration viable et fiable malgré l’inexpérience des cadres et des exécutants.

Cette administration a pu faire face aux défis de l’époque et a su gérer convenablement les citoyens et leurs problèmes.

Cette administration s’était auréolée par le succès des élections communales de février 1967 les premières du genre dans notre pays.

L’action de Medeghri trouvait également sa place dans les cycles de formations qui lui était chère telles que les écoles de police, de transmissions, de centres de formation administrative et surtout de l’ENA.

Pour son action au sein du Ministère de l’intérieur j’ose solliciter les témoignages de Maitre KADI Abdellatif ex Directeur Général de la réglementation et collaborateur principal du Ministre Ahmed MEDEGHRI.

Qu’il en soit remercié d’avance.

Pour terminer, vous tous qui avez bien voulu m’écouter je vous témoigne toute ma reconnaissance et vous assure de toute mon amitié.